Connect with us

Hi, what are you looking for?

Politique

L’Église catholique se positionne sur le mandat constitutionnel du président Jovenel Moïse

L'Église catholique se positionne sur le mandat constitutionnel du président Jovenel Moïse
Photo : Ody Bien-Eugène | Juno7

L’Église catholique se positionne sur le mandat constitutionnel du président Jovenel Moïse. Elle exige que la loi soit respectée comme ce fut le cas pour les autres élus.

Port-au-Prince , Haïti .- 17 évêques de l’église catholique en Haïti, dans un message à la nation, publié ce mardi 2 février 2021, à quelques jours de la date décisive du 7 février, ont pris position sur le mandat constitutionnel du président de la République en faisant référence aux dispositions pour harmoniser le temps électoral et le temps constitutionnel. Pour les dirigeants de l’église catholique, le président Jovenel Moïse a déjà tracé la voie à suivre lorsqu’il a renvoyé les élus de la République en 2020 pour respecter la constitution et le décret électoral.

La conférence épiscopale invite à tirer une conclusion logique si on se trouve dans un Etat de droit. Jovenel Moïse a renvoyé les autres élus à la fin de leur mandat, suivant le décret électoral, aujourd’hui il doit partir s’il ne veut pas être en faux par rapport à la loi et la constitution.

Juno7 Pub

“Le Président de la République a appliqué la loi électorale et la constitution pour les députés, les sénateurs et les maires au cours des années précédentes. Il a ainsi affirmé l’unité de la loi pour tous les élus, y compris pour lui-même, proclamant ainsi que la loi est une pour tous. Il nous semble que tout le monde soit d’accord sur le principe que personne n’est au-dessus de la loi et de la constitution dans le pays. Ce premier constat fait, aucune littérature et aucun
justificatif juridique ne sont nécessaires. Tout le monde veut qu’Haïti soit un État de droit”, a tranché la CEH.

Une situation insoutenable

Selon le constat des évêques catholiques, le “pays est au bord de l’explosion; le quotidien du peuple, c’est la mort, les assassinats, l’impunité, l’insécurité. Le mécontentement est partout, dans presque tous les domaines. Beaucoup de sujets fâchent, comme : la manière d’établir un Conseil Électoral Provisoire, la manière de rédiger une autre constitution, etc. Donc ce ne sont pas uniquement les ravages du kidnapping qui rendent le pays totalement invivable”, a écrit la CEH avant de poser la question suivante: Devons-nous accepter ou tolérer cela ?

Un appel au dialogue

Les 17 évêques de la conférence épiscopale ont aussi lancé un appel au dialogue. Selon eux, au cœur de cette crise récurrente socio-politique et économique, alimentée par le venin de la haine et de la méfiance, il faut de préférence chercher et trouver le consensus sur toute matière épineuse ; il faut le construire par le dialogue social et institutionnel pour éviter la catastrophe. “C’est uniquement le pont du consensus qui peut aider les différents acteurs à éviter d’un côté comme de l’autre que toute Haïti aille se jeter encore plus au fond de l’abîme”, ont ajouté les évêques.

Par ailleurs, la conférence épiscopale a demandé à tous de faire preuve de discipline, de raison et de sagesse dans la recherche des intérêts supérieurs de la nation. Et, à ceux qui ont la mission de veiller sur les vies et les biens, de garantir la sécurité de tous et de porter les escadrons de la mort à mettre de côté leurs armes afin que le kidnapping et l’insécurité soient à jamais bannis sur la terre d’Haïti.

En savoir plus :

2 février 1827 : explosion de l’arsenal de l’armée à Port-au-Prince

Written By

Redacteur en chef et administrateur de l'agence de presse en ligne JUNO7, Juriste de formation, spécialiste en management, suivi et évaluation des projets, consultant des affaires publiques.

Plus de contenu

Politique

Les évêques catholiques demandent au pouvoir en place de « renoncer au projet de référendum » La conférence Épiscopale d’Haïti (CEH), dans une note...

Actualités

Une messe contre l’insécurité célébrée par les évêques d’Haiti en l’église Saint-Pierre de Pétion-Ville. Port-au-Prince , Haïti .- A l’initiative de la Conférence des...

Actualités

  7 février 2021: Jovenel Moïse refuse de quitter ses fonctions Des axes routiers bloqués. Des pneus enflammés érigés dans plusieurs zones.  Haïti se...

Justice

  Pour le CSPJ, le président doit appliquer la loi et la constitution sur la fin de mandat des élus comme il l’a fait...