Connect with us

Hi, what are you looking for?

Monde

L’université Harvard poursuivie par des étudiantes pour avoir ignoré les allégations d’abus

L'université Harvard poursuivie par des étudiantes pour avoir ignoré les allégations d'abus
Photo crédit: Ryan N. Gajarawala

L’université Harvard est poursuivie par des étudiantes pour avoir ignoré les allégations d’abus d’un professeur

Trois étudiantes qui affirment avoir été victimes de harcèlement et  d’abus sexuels  d’un professeur, ont décidé de porter plainte contre  la prestigieuse université de Harvard (Massachusetts, Etats-Unis) pour avoir ignoré leurs plaintes.

Selon le mémoire du procès, déposé devant le tribunal fédéral de Boston et rapporté par le journal espagnol EFE, cette affaire concerne “l’échec de Harvard pendant une décennie à protéger les étudiants contre les abus sexuels et les représailles.”

Les plaignantes Margaret Czerwienski, Lilia Kilburn et Amulya Mandava allèguent que le professeur d’anthropologie John Comaroff, “un universitaire renommé” dans son domaine, a utilisé sa position de pouvoir pendant des années pour profiter des étudiantes.

Advertisement. Scroll to continue reading.

“Il a embrassé et peloté des étudiants sans leur consentement, a fait des avances sexuelles importunes et a menacé de saboter la carrière de ses étudiants s’ils se plaignaient”, indique le mémoire du tribunal.

Dans l’affaire Kilburn, Comaroff l’aurait embrassée à plusieurs reprises et de force, l’aurait pelotée en public, aurait fantasmé à haute voix sur son viol et son meurtre, l’aurait éloignée d’autres professeurs et aurait fait dérailler sa carrière universitaire, selon les plaignants.

Comaroff aurait également menacé Mandava et Czerwienski, terni leur réputation et fait dérailler leur carrière.

La plainte allègue que ces actions ont été rendues possibles par “le mépris délibéré de Harvard”, les victimes se sont plaintes à plusieurs reprises auprès des directeurs d’université, qui ont choisi de les ignorer et de “protéger leur professeur vedette par-dessus tout des étudiants vulnérables”.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Dans le mémoire, les trois défendent qu’elles ne sont pas seules et rappellent qu’un comité créé par l’université pour examiner l’environnement au sein du département d’anthropologie a récemment conclu qu’il est en proie à “un schéma persistant de sexisme, de misogynie et de malversations sexuelles”.

Ce modèle se produit “en grande partie” sans contrôle par une faculté “à prédominance masculine et blanche”, soulignent-ils.

En fait, le procès cite un rapport qui indique qu’un tiers des étudiants dudit département ont déclaré avoir subi du harcèlement, mais que dans la plupart des cas, ils ne l’ont pas signalé de peur que cela n’affecte leur carrière.

Les avocats du professeur Comaroff ont souligné dans un communiqué, cité par le New York Times, que leur client “nie catégoriquement avoir harcelé ou se venger d’un étudiant” et assuré que le professeur n’avait pas touché ou embrassé Kilburn “de manière inappropriée”.
Ils ont également affirmé que ses commentaires sur un viol de Kilburn faisaient partie d’un conseil que Comaroff avait donné à l’étudiante pour rester en sécurité lors d’un voyage au Cameroun qu’elle avait fait avec sa partenaire, une femme, dans un pays qui criminalise l’homosexualité.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Le professeur Comaroff est actuellement en congé administratif et l’université lui a interdit d’enseigner jusqu’à la prochaine année universitaire.
Harvard n’a cependant pas reconnu le professeur coupable d’inconduite physique ou sexuelle, mais seulement responsable d’avoir violé verbalement les politiques du centre concernant le harcèlement sexiste et la conduite professionnelle, précise le New York Times.

Plus de 90 universitaires ont signé une lettre ouverte de soutien à Comaroff, rendue publique avant le dépôt du procès, tandis qu’une cinquantaine d’autres ont signé une autre lettre en réponse, affirmant que leurs collègues ont été trop rapides pour défendre le professeur.

L'université Havard poursuivie par des étudiantes pour avoir ignoré les allégations d'abus

Photo crédit: Ryan N. Gajarawala

En savoir plus:

Cinq étudiants haïtiens en route vers la Roumanie pour une formation

Advertisement. Scroll to continue reading.
Click to comment

Laisser un commentaire

Plus de contenu