Connect with us

Économie

Politique Monétaire: la BRH annonce une appréciation de la gourde et un ralentissement de l’inflation

Published

on

La BRH lance le Fonds de soutien aux Coopératives qui pèsent 17.7 milliards de gourdes dans l’économie
Photo: Ody Bien-Eugene | Juno7
Innee Beauty Parlour

Dans la note sur la Politique Monétaire, la BRH annonce une appréciation de la gourde et un ralentissement de l’inflation pour le 4e trimestre de l’année fiscale 2019-2020.

La Banque de la République d’Haïti (BRH) dans sa note sur la Politique Monétaire qui s’étend de juillet à septembre 2020 comptant pour le 4e trimestre de l’année fiscale 2019-2020, rendu public cette semaine, a souligné q’une légère reprise de l’activité économique a été constatée, à la faveur d’un impact sanitaire relativement faible de la covid-19 sur le pays.

Cette reprise a été, entre autres, selon la BRH, possible grace à la bonne tenue des transferts de la diaspora et la réouverture du pays au trafic aérien international. Cette conjoncture combinée aux ventes de devises de la BRH et d’autres mesures réglementaires de la part des autorités monétaires ont permis l’appréciation significative de la monnaie nationale dès le mois d’août et un début de ralentissement de l’inflation.

Dans son analyse sur l’économie haïtienne, la BRH a indiqué que le dernier trimestre de l’exercice 2020 a été caractérisé par une légère reprise de l’activité économique par rapport aux trois trimestres précédents. Ce développement est imputable à un nombre de cas de covid-19 plus faible qu’anticipé, au retour à l’horaire régulier de fonctionnement dans différents secteurs et à la réouverture du pays au trafic aérien international.

De plus, cette timide reprise est due à la bonne tenue des transferts et une amélioration des conditions pluviométriques depuis la mi-août, laquelle laisse augurer de meilleures récoltes et une amélioration de la disponibilité de certains produits de base comme le riz. Toutefois, certains secteurs notamment le tourisme et la sous-traitance continuent de pâtir d’une faible demande externe induite par la pandémie de covid-19.

Fix Clairin Lakay

La banque centrale a fait savoir aussi que les activités commerciales dans plusieurs régions du pays continuent de souffrir d’un climat socio-politique incertain et, dans le cas particulier de la zone frontalière avec la République dominicaine, de la fermeture des marchés binationaux.

En ce qui concerne le secteur externe, la BRH informe que les données disponibles indiquent une amélioration du solde commercial, un accroissement du niveau des transferts ainsi qu’une nette appréciation de la gourde par rapport au dollar américain. En effet, au cours des 10 premiers mois de l’exercice, le déficit commercial a atteint 2,09 milliards de dollars US, ce qui représente une baisse de 23,08 % par rapport à la même période de l’exercice précédent.

La contraction du déficit commercial s’explique principalement par un repli des importations qui a plus que compensé celui des exportations. En effet, pendant la période considérée, les exportations ont reculé de 333,44 millions de dollars US pour atteindre 675,29 millions de dollars ÉU tandis que les importations ont totalisé 2,76 milliards de dollars US, soit un recul de 960,41 millions de dollars US.

Du point de vue des perspectives à court terme, la BRH estime que l’économie haïtienne dépend principalement de l’évolution de la situation socio-politique et de ses implications sur le plan sécuritaire. Sur le plan des finances publiques, la capacité des autorités fiscales à atteindre les objectifs de recettes, à contenir le recours au financement monétaire et à mobiliser le financement bancaire des projets d’investissement public sera cruciale.

En parallèle, pour ce qui concerne les prix, la poursuite de la stabilisation du marché des changes et ses effets sur l’inflation seront déterminants avec des implications potentielles sur la balance commerciale.

Dans ce contexte, la BRH a dit qu’elle va poursuivre la coopération avec les autorités fiscales et budgétaires en vue d’assurer l’harmonisation des différents volets de la politique économique et d’aboutir à la signature d’un programme de référence (SMP) avec le FMI. De plus, elle continuera à veiller au renforcement de la réglementation du marché des changes et des transferts tout en continuant à renforcer les initiatives en termes de modernisation du système de paiements.

En savoir plus:

La Conatel rappelle l’obligation faite aux compagnies d’identifier les acheteurs de carte SIM

bongu j7

Redacteur en chef et administrateur de l'agence de presse en ligne JUNO7, Juriste de formation, spécialiste en management, suivi et évaluation des projets, consultant des affaires publiques.

Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 999,379 other subscribers

Archives