Connect with us

Hi, what are you looking for?

Sécurité

Rencontre entre le Groupe de Travail sur la Sécurité (GTS) et le Commandant en Chef a.i des FADH

Rencontre entre le Groupe de Travail sur la Sécurité (GTS) et le Commandant en Chef a.i des FADH

Première séance de travail entre le Groupe de Travail sur la Sécurité (GTS) et le Commandant en Chef a.i des Forces armées d’Haïti

Une rencontre s’est tenue, ce mardi 30 novembre, entre les membres du Groupe de Travail sur la Sécurité (GTS)  et le Lieutenant Général, Jodel LESAGE, Commandant en Chef a.i des FADH. Cette première séance de travail, tenue  au siège de l’Université Quisqueya, entre dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action du GTS, elle a permis aux membres du GTS de s’informer de la situation de l’Institution militaire tant du point de vue des ressources en personnel, en matériel et physiques que du point de vue de son cadre légal de fonctionnement.

Au terme de la rencontre, les membres du GTS ont promis au Commandant en Chef, de mettre à contribution ses techniciens et personnes ressources afin d’accompagner l’Institution militaire dans l’élaboration de certains documents de méthode, tel un Plan de développement.

Juno7 Pub

D’entrée jeu, l’Officier Général a tenu à rappeler qu’outre la Constitution haïtienne et le Décret de 2015 portant organisation et fonctionnement du Ministère de la Défense, ainsi que la remobilisation des FADH qui constituent le cadre légal de fonctionnement de l’Institution militaire, l’idée du rétablissement des FADH avait déjà été proposée par le Rapport de la « Commission Elie » sous le gouvernement de René Préval en janvier 2008, au terme d’une analyse de risque soutenant que le pays serait exposé à des menaces de sécurité nationale.

La volonté du gouvernement haïtien de doter le pays d’une nouvelle force armée devait être entérinée deux ans plus tard dans le Plan national de développement d’Haïti 2010-2030, à la faveur du Programme 4.2, sous le titre « Renforcer les institutions démocratiques nationales ».

Cependant, a laissé entendre le Général, en dépit de toutes ces manifestations d’intention ou de bonne volonté de nos politiques, le projet de reconstitution des FADH progresse difficilement à cause de nombreux obstacles à la fois politiques, financiers et techniques.

En effet, si d’un côté, certaines ambassades étrangères refusent relativement d’appuyer ce projet, ce qui empêche l’Institution d’acquérir certains équipements et matériels sensibles, notamment ceux qui sont indispensables à l’entrainement des soldats, voire à leur formation pour des missions spéciales, le Haut commandement militaire a aujourd’hui beaucoup de mal à mobiliser et former des cadres militaires, appelés à renforcer le commandement intermédiaire.

Aussi, même si un Plan d’action prévoit d’organiser les FADH en quatre (04) grandes régions militaires, les déficits de ressources en matériel et en personnel rendent ledit Plan pour le moment inopérant, au point que l’effectif actuel de l’Armée haïtienne n’est déployé que dans seulement quatre bases (Léogane, Malpasse, Bicentenaire et Corps d’aviation).

Autant dire, soutient le Général, les personnels militaires existant ne sont engagés dans aucune mission de Police véritable sur le territoire haïtien. Il peut arriver seulement que la PNH à travers le Ministre de la défense sollicite un appui des unités militaires pour la sécurisation de convois d’aide alimentaire destinée à des populations sinistrées ou la protection de dispositif de déblayage des routes en marge des mouvements de troubles sociaux.

Ainsi, le seul vrai engament des FADH sur le territoire national, a dit, le Général Lesage, se résume à des missions de développement, de pénétration et de réhabilitation de route effectuées par l’Unité de génie militaire au profit de certaines communautés éloignées ou difficiles d’accès.
Toutefois, l’Officier Général garde l’espoir que le travail du GTS pourrait contribuer à inciter un éveil de conscience chez le citoyen haïtien afin que le projet de reconstitution des FADH soit approprié par l’ensemble de la société civile, conformément à l’esprit de Vertières et l’idée des Pères fondateurs, consacrée dans le principe « Un peuple, une armée ».

Rencontre entre le Groupe de Travail sur la Sécurité (GTS) et le Commandant en Chef a.i des FADH

En savoir plus :

Les États-Unis imposent des restrictions de visa à neuf responsables cubains 

 

Diplômée en sciences juridiques, finissante en Psychologie, commis-comptable. Coordonnatrice de ACIDDUH ( Association des citoyens pour le développement durable en Haïti) . J'aime la nature, la vie et les gens. Je suis encore cette fillette curieuse qui a envie de tout savoir et qui n'a pas peur de prendre des risques. Tout ce que mon esprit peut concevoir et croire, il peut le réaliser.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de contenu

Sécurité

Démantèlement d’un réseau de faux soldats FAD’H, 9 individus arrêtés par la PNH dans le Centre. La police nationale d’Haïti, dans un communiqué de...

Actualités

L’Association Professionnelle des Magistrats (APM) demande au CSPJ de garantir la sécurité du magistrat Louima LOUIDOR, objet de menaces de mort L’Association Professionnelle des...

Sécurité

631 policiers, issus de la 31e promotion, viennent grossir les rangs de la PNH après leur graduation. Comme les trente (30) promotions qui ont...

Sécurité

Le Groupe de Travail sur la Sécurité fait deux propositions aux autorités contre la violence à l’égard des femmes et des filles. Le Groupe...