Connect with us

Éphéméride

9 juillet 1850. Décès de Jean-Pierre Boyer, président d’Haiti

Published

on

9 juillet 1850. Décès de Jean-Pierre Boyer, président d’Haiti 30
100 PWEN GRATIS
211 views

“Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir “, disait Aimé Césaire. Voici l’éphémeride du 9 juillet 2020.

9 juillet 1850 Décès de Jean-Pierre Boyer, président d’Haiti (1818-1843)

Après avoir laissé Haiti pour l’exil le 13 Mars 1843, il a vécu sept ans à la Jamaïque vivant dans un état voisin de la gêne. A son décès, il était âgé de 77 ans. Jean Pierre Boyer a vu le jour à  Port-au-prince le 15 janvier 1776. Son père était un colon français et sa mère une esclave originaire du Congo.

Après avoir reçu une formation militaire en France, Boyer a déserté l’armée expéditionnaire de Leclerc dont il était le capitaine pour rejoindre le camp de Petion et devint son confident,  secrétaire personnel et commandant de Port-au-prince. À la mort de Petion, il devint le président d’un pays divisé avec, au Nord, Christophe qui regna en maître et dans la grand’anse Gomar chef d’un groupe de bandit qui défiait l’autorité nationale. Boyer a non seulement réussi à unifier l’ouest du pays mais aussi la partie est de l’île, conformément aux prescrits de la constitution de 1806 qui déclarait l’île indivisible.

Cherchant la reconnaissance de l’ancienne métropole, il a accepté, au détriment du pays, de compenser la France au prix fort jusqu’ à lui concéder des avantages commerciaux en contrepartie de la reconnaissance d’une indépendance que nos ancêtres ont payés de leur sang.

Actimed

Les 25 ans de règne de Boyer fut un échec pour le pays. Echec dans la diplomatie. Plusieurs tentatives de se faire reconnaitre par les États-Unis échouèrent et son projet de concordat avec l’Église catholique ne vit jamais le jour. Il provoqua l’hostilité des Anglais par une série d’actions.

La détérioration de l’économie. Heritier d’une économie fragile, Boyer n’entreprit aucune action tendant à l’améliorer. Pire, il dilapida le trésor du royaume du Nord. Les conditions de Ordonnance de Charles X (1825) saigna à blanc le pays.

Échec de sa politique agricole. Sous les recommendations de son secrétaire Inginac, il publia un code rural (21 avril 1826) qui assura la mainmise de l’état sur les productions agricoles, réduisit les paysans à l’état de serfs et limita même leur mouvements et déplacements. Comme conséquence les paysans se révoltèrent en désertant les champs.

Destruction d’un système éducatif encore balbutiant. Il accorda très peu d’attention à l’éducation. Dans l’Est, il ferma l’université. Dans l’ouest il refusa d’allouer des fonds à l’éducation.

Persécution des opposants. Boyer voulait contrôler le parlement en favorisant uniquement l’émergence de législateurs à sa solde, se vit confronter à une force d’opposition au sein du corps législatif. Faisant appel à l’armée il expulsa en plusieurs occasions ceux qu’il qualifiait de dissidents dont Hérard Dumesle.

9 juillet 2002. Loi sur les zones franches

Contient des dispositions relatives au régime du travail applicable à l’opérateur et au personnel de nationalité étrangère (législation du travail applicable, réglementation en matière de service médical, dispense de permis de travail, etc.).

9 juillet :

Pensée du jour

Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve. Antoine de St Exupery

 

A lire aussi :

– Haïti – Juillet

bongu j7

Diplômée en sciences juridiques, finissante en Psychologie, commis-comptable. Coordonnatrice de ACIDDUH ( Association des citoyens pour le développement durable en Haïti) . J'aime la nature, la vie et les gens. Je suis encore cette fillette curieuse qui a envie de tout savoir et qui n'a pas peur de prendre des risques. Tout ce que mon esprit peut concevoir et croire, il peut le réaliser.  

Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 988,541 other subscribers

Archives