Connect with us

États-Unis

Deuxième vote pour destituer Trump par la chambre des représentants, historique !

Published

on

COVID-19 : Trump donne de ses nouvelles, 2 membres de son équipe contractent le virus
Barbancourt

Deuxième vote pour destituer Trump par la chambre des représentants. Du jamais vu dans l’histoire des États-Unis.

Washington , États-Unis .- La présidence de la chambre des représentants au congrès, pris d’assaut par des manifestants pro-Trump la semaine dernière, Nancy Pelosi a mené à bout son projet visant à obtenir le vote de ses pairs pour demander la destitution du président Donald Trump pour sa responsabilité dans ce qui s’est passé.

La Chambre des représentants, dominée par les démocrates, s’est prononcée en faveur de cet « impeachement » (la procédure de destitution du président) par 232 voix contre 197. Ainsi, Donald Trump est devenu ce mercredi 13 janvier, le premier président des États-Unis à être mis en accusation pour la deuxième fois au Congrès, qui pis est une semaine avant la fin de son mandat.

Principale opposante au président ultra controversé, Nancy Pelosi, la démocrate qui avait déclaré que ” destituer et condamner Trump garantirait que l’Amérique sera à l’abri de cet homme qui est si résolument déterminé à démolir les choses qui nous sont chères” a grappillé des voix même dans le camp républicain. Dix députés républicains ont voté cette fois-ci en faveur du renvoi en procès

Elle avait indiqué, peu avant la séance, que Donald Trump “doit partir. [Car] il représente un vrai danger imminent pour la nation que nous aimons tous”. S’il revient désormais, en vertu de la Constitution, au Sénat de le juger, ce point de vue n’est pas tout à fait partager. Le chef républicain au sénat, Mitch McConnell a fait savoir qu’il est impossible que la chambre haute puisse juger de manière « équitable » Donald Trump avant la fin de son mandat.

Barbancourt

Donald Trump tente de minimiser

A sept jours de son départ de la Maison Blanche, Donald Trump fait semblant de n’accorder aucune importance à la procédure visant à le destituer. Dans une vidéo diffusée par la Maison-Blanche, il a appelé depuis le bureau Ovale les Américains à « l’unité » affirmant que la violence n’avait « pas sa place » en Amérique.

“Aucun de mes véritables partisans ne pourrait être favorable à la violence politique », a-t-il déclaré. Si vous faites cela, vous ne soutenez pas notre mouvement, vous l’attaquez, vous attaquez notre pays. Nous ne pouvons le tolérer”, a-t-il déclaré.

En savoir plus:

Confidentialité: WhatsApp clarifie, Signal et Telegram décollent

Barbancourt

Redacteur en chef et administrateur de l'agence de presse en ligne JUNO7, Juriste de formation, spécialiste en management, suivi et évaluation des projets, consultant des affaires publiques.

Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 1,006,293 other subscribers

Archives