Connect with us

Hi, what are you looking for?

États-Unis

États-Unis: l’histoire d’une ex-prostituée vénézuélienne forcée de coucher avec 20 hommes en une nuit

États-Unis: l'histoire d'une ex-prostituée vénézuélienne forcée de coucher avec 20 hommes en une nuit
Getting your Trinity Audio player ready...

États-Unis: une ancienne travailleuse de sexe vénézuélienne révèle avoir été forcée de coucher avec 20 hommes en une nuit.

La vénézuélienne Kika Certa (nom d’emprunt utilisé par les journaux) a vécu au début des années 1990 aux États-Unis une soirée d’enfer en tant que prostituée dans un bordel du « Market of Sweethearts » à Corona, dans le Queens. Elle a révélé au journal américain New-York Post avoir été forcée de coucher avec 20 hommes cette nuit-la.

D’après les explications de la dame, elle était tombée dans ce pétrin en décidant de quitter son pays natal parce qu’elle était amoureuse d’un homme nommé Daniel et pensait qu’elle resterait avec la famille de ce dernier en terre américaine. Malheureusement, elle a été piégée et a décidé de raconter son histoire afin de faire savoir aux autres femmes piégées dans le même enfer qu’elles peuvent s’en sortir.

“J’ai couché avec 20 hommes ma première nuit. Je n’ai pas pu dire qui. Ils sont arrivés les uns après les autres. Les hommes ont payé 35 $ chacun”, a déclaré Kika Certa, âgée de 51 ans aujourd’hui. D’après le média américain, elle a raconté son histoire avec les larmes coulant sur ses joues.

Kika Certa a décidé de se dévoiler après avoir entendu le maire Eric Adams dire au début du mois de novembre que les migrants vénézuéliens récemment arrivés propulsaient le commerce du sexe à Corona. “Elles sont toujours là. Donc, si ces endroits existent toujours, il y aura toujours des femmes forcées de se prostituer”, a-t-elle dit.

L’ancienne travailleuse de sexe a expliqué comment elle était arrivée aux États-Unis jusqu’à passer trois années à pratiquer ce métier où elle était forcée de le faire. D’après les révélations rapportées par le média américain, Kika Certa a étudié la comptabilité dans son pays natal et y travaillait dans un hôtel Hilton lorsqu’elle a rencontré et est tombée amoureuse d’un homme nommé Daniel. Il l’a présentée à sa cousine, Sandra, qui lui a proposé de vivre à New York.

Kika pensait que tout allait se dérouler comme elle souhaitait après que la cousine de Daniel l’a dit que nous étions comme une famille. “J’ai économisé 3 000 $ que j’ai apportés ici aux États-Unis”, se souvient-elle.

Une fois arrivée à l’aéroport JFK en 1992, Sandra la cousine de Daniel a pratiquement changé. À ce moment-là, Kika Certa est consciente que l’homme change à tout moment. “Je me souviens d’être sorti de l’aéroport et elle a immédiatement pris mon passeport et mon argent.”

Sandra a emmené Kika chez elle et lui a dit qu’elle n’était pas autorisée à partir. Deux semaines plus tard, elle a eu une discussion avec Kika et Daniel en racontant à la vénézuélienne que l’homme qu’elle est tombée amoureuse vivait ici et qu’il lui devait beaucoup d’argent. “Et puis elle a dit tu vas payer l’argent et la façon dont tu vas payer, c’est que tu vas te prostituer”, a raconté Kika Certa qui était furieuse contre Daniel qui l’a menti en lui faisant croire qu’elle va trouver un emploi de nounou. « J’ai dit : « Qu’as-tu fait ? Vous m’avez amené ici pour faire ça ?'”, a déclaré Certa à Daniel.

Daniel sans langue de bois lui a répondu : “Fais-le. C’est ce que fait toute ma famille. Ils amènent tous des gens ici. Ils travaillent tous avec des jeunes femmes. Ils gagnent tous de l’argent.”

Après cette série de discussions, Kika Certa a continué de raconter que Sandra la cousine de Daniel l’a préparée en lui achetant un maillot de bain et en lui donnant le pseudonyme de Lily pour qu’elle puisse commencer à travailler comme prostituée dans une maison située sur la 92e rue et l’avenue Roosevelt. “Quand elle m’a emmené là-bas, elle a dit : ‘C’est une nouvelle fille.’ Elle est fraîche. Elle n’a que 20 ans.”

Pour sa première nuit dans cet espace, elle se souvient avoir couché avec 20 hommes. Pour elle, c’est la pire nuit de toute sa vie. Elle travaillait la nuit dans différents bordels et passait la journée chez Sandra. “Je n’avais ni esprit, ni âme. Je me lève le matin, je vais manger quelque chose, je me rendors en attendant l’heure à laquelle je dois retourner au travail”, a-t-elle déclaré.

Kika Certa a indiqué qu’à cette époque il y avait une vingtaine d’autres femmes dans les bordels avec elle. Elles étaient âgées entre 16 à 40 ans et venaient du Venezuela, de Colombie, du Mexique, des Philippines et de Chine.

Par ailleurs, Kika Certa se rappelle n’avoir jamais touché les frais de 35 $ payés par les hommes. Toutefois, elle reconnaît que les clients lui donnaient généralement un pourboire de 3 ou 5 dollars.

Honte de ce travail, elle avait essayé de s’enfuir mais a été retrouvée par Sandra à qui elle a finalement réclamé son passeport et a accepté de payer à Madame plus d’argent que ce qu’elle devait pour acheter sa liberté. “Ce n’est pas un plaisir de dormir avec 30 hommes lundi, 30 hommes mardi, 30 hommes mercredi, 30 hommes jeudi, 30 hommes vendredi”, a-t-elle lâché pour montrer qu’elle ne s’était pas prostituée par choix mais plutôt à cause d’une exigence.

À présent, Kika Certa mène une autre vie. Elle est mariée et à trois filles dont une qui fréquente une faculté de droit. Mais, elle se sent perturbée de voir des femmes vénézuéliennes qui travaillent dans les bordels de la même rue où elle a vécu des cauchemars. “Elles ne sont pas là parce qu’elles le souhaitent. C’est parce qu’elles ont été forcées de le faire d’une manière ou d’une autre et qu’elles sont brisées. Une fois brisées, il n’y a plus d’issue”, a-t-elle dit.

Notons que Kika Certa a été arrêtée cinq fois par la police qui perquisitionnait les bordels. Les forces de l’ordre à cette époque arrêtaient les femmes et laissaient partir les clients. Aujourd’hui, cette politique est maintenant inversée avec le NYPD qui laissent partir les prostituées et arrêtent les clients, les proxénètes et les madames comme Sandra. «Les agents orientent désormais les travailleuses du sexe vers des organisations à but non lucratif qui peuvent les conseiller», a indiqué New-York Post.

États-Unis: l'histoire d'une ex-prostituée vénézuélienne forcée de coucher avec 20 hommes en une nuit

A lire aussi :

Alerte jaune maintenue sur Haïti en raison du passage d’une dépression tropicale

Click to comment

Laisser un commentaire

Plus de contenu

Sécurité

Getting your Trinity Audio player ready... Deux individus ont été arrêtés par la Police des Gonaïves pour leur implication dans un cas d’enlèvement et...

Actualités

Getting your Trinity Audio player ready... Les Etats-Unis et la France ont fait part de leur volonté de travailler avec le Conseil présidentiel de...

États-Unis

Getting your Trinity Audio player ready... La Chambre des Représentants adopte un texte menaçant d’interdire TikTok, une menace bientôt mise à exécution Et si...

Politique

Getting your Trinity Audio player ready... Les États-Unis félicitent la création du Conseil Présidentiel de Transition en Haïti Les réactions pleuvent après la publication...