You dont have javascript enabled! Please download Google Chrome!
Connect with us

Économie

Haïti-Économie : Pour Etzer Émile, le budget 2018-2019 n’est ni crédible ni sincère

Published

on

l’économiste Etzer Émile | (Crédit Photo: Estaïlove ST-VAL)

Passant au crible la loi de finance 2018-2019 ce 19 décembre, l’économiste Etzer Émile a conclu qu’elle est déficitaire. Par conséquent, elle n’est ni crédible ni sincère.

« Les prévisions de recettes sont trop optimistes et donc hypothétiques ». Car l’État ne dispose pas de moyens, argumente-t-il pour justifier ses propos.
Il cite en exemple l’augmentation de 44 % du taux d’accroissement de collecte des recettes de ce projet de budget par rapport à celui de 2017-2018 ainsi que les recettes douanières qui sont passées de 20,4 à 35,5 milliards de gourdes, soit une augmentation de 74 %.

Estimé à 172 milliards 800 millions de gourdes, le budget prévoit une croissance de 2,8%. Une prévision ambitieuse mais utopique, estime le professeur. Et ce, en raison des performances exécrables des quatre dernières années.

Le directeur de Haïti Efficace prévoit ainsi que le déficit budgétaire risque d’atteindre les 30 milliards de gourdes. Car, dit-il, les prévisions de revenus sont non atteignables.

Autre constat majeur relevé dans ce projet de budget est son inadéquation avec la lettre de cadrage du Premier ministre Jean-Henry Céant.
Alors que ce dernier a promis de lutter contre la corruption en renforçant l’appareil judiciaire et l’institution policière, Etzer Émile estime que ce budget n’accorde pas suffisamment de ressources aux institutions de lutte contre la corruption. La baisse de 23 % du budget alloué au CSC/CA illustre bien ce constat.

En outre, l’économiste souligne des modifications apportées au niveau des taxes. Ainsi, l’exonération sur les énergies renouvelables a été reconfirmée ; les droits de douanes pour les ONG sont passées de 0% à 50%, au niveau des franchises ; l’impôt sur le revenu individuel sera prélevé plus fortement sur la majorité des personnes qui ont très peu de moyens.
En effet, le budget 2018-19 augmente la taxation de l’impôt sur le revenu sur les gens qui gagnent à partir de 28 350 gourdes. Ces gens qui ont déjà vu leur salaire rongé par la dépréciation de la gourde, seront appauvris davantage, estime Etzer Émile.

Si l’économiste ne nie pas le caractère social de ce budget, car une part importante a été allouée aux secteurs sociaux, il estime, en revanche, que celui-ci n’est ni citoyen ni participatif. « Le citoyen n’a pas été au centre du montage et n’a pas participé au processus d’élaboration du budget » avance-t-il.

De plus, ceci réduit les possibilités d’investissements. La solution, pour l’économiste, réside dans un budget à double caractère, à savoir social et économique à la fois.

En plus de ne pas respecter le cycle et les délais, ce budget ne fait pas montre de transparence ni de clarté, selon le président du Groupe d’Éducation Économique et Financière(GEEF). Le cas des entreprises publiques telles l’OAVCT, l’AAN et l’APN qui collectent de l’argent sans aucune précision sur les ressources disponibles.

Autres faits importants signalés par le spécialiste en économie dans ce projet de budget sont: la réduction du budget du Parlement, de la Présidence ainsi que de la Primature ; l’augmentation du budget de la PNH et celui de la Santé publique ; l’augmentation des salaires et traitements de 14 % ; la réduction du budget du MENFP de près de 4 milliards de gourdes ; l’augmentation du service de la dette qui représente à lui seul 12 % du budget, entre autres.

Sceptique quant à la réalisation des objectifs de ce budget, Etzer Émile fait un ensemble de recommandations par rapport au train de vie de l’État.

Aussi invite-t-il le pouvoir exécutif à limiter les frais de soutien par carte de débit à 50 %, de limiter les délégations à l’étranger à cinq personnes, de réduire les véhicules de l’État ainsi que leur charge d’entretien, d’annuler le per diem à partir du onzième jour de voyage.

Publicités
Advertisement

Commentaires

Publicités

Archives

Publicités

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!