You dont have javascript enabled! Please download Google Chrome!
Publicités
Connect with us

Politique

Haïti-Politique : Moïse Jean Charles dans l’œil du cyclone

Published

on

Après que Moïse Jean Charles et ses partisans aient hissé un drapeau rouge et noir samedi dernier à Vertières, le leader de Pitit Desalin a essuyé une pluie de critiques venant de plusieurs personnalités publiques en Haïti.

C’est le cas de l’historien Pierre Buteau qui estime que Moïse Jean Charles a dépassé les limites en posant cet acte.

L’historien en a profité pour rappeler le symbolisme du drapeau noir et rouge qui a été adopté par le régime dictatorial des Duvalier. Et que depuis leur chute en 1986, il y a un consensus sur le drapeau bleu et rouge, rappelle l’historien.

L’historien Georges Michel va plus loin et souhaite que l’action publique soit mise en mouvement contre le dirigeant de Pitit Desalin. Le drapeau noir et rouge symbolise la dictature, selon lui, pas question de le réhabiliter.

Pour sa part, le délégué départemental du Nord Antonio Jules qualifie d’extrêmement grave l’incident survenu à Vertières et annonce que les autorités vont agir et prendront des dispositions pour protéger le site de Vertières.

Même son de cloche de la part de l’ancien premier ministre, Evans Paul, qui qualifie de « Briganday » l’acte posé par l’ancien sénateur du Nord.

Par ailleurs, K Plim estime que ce n’est pas seulement le drapeau qu’il faut respecter comme symbole. Il s’oppose ainsi à l’idée d’organiser des manifestations le 18 novembre prochain.

L’ancien candidat à la présidence, Jean Clarens Renois estime qu’il ne faut pas prendre à la légère cet acte qui caractérise l’absence de l’autorité de l’Etat.

Selon le coordonnateur de l’UNIR, cet acte annonce de jours sombres pouvant mettre en jeu la souveraineté nationale.

Il invite ainsi les autorités étatiques, les responsables politiques, les élites économiques et morales à profiter de cet incident pour dialoguer afin de résoudre les problèmes auxquels fait face le pays.

Le sénateur de l’Ouest Antonio Cheramy voit dans l’incident de Vertières une diversion afin de détourner l’attention sur le dossier PetroCaribe.

«Moïse Jean Charles est en mission, il veut affaiblir le mouvement Petrochallenge. À chaque fois qu’un mouvement populaire est sur le point de chambarder ce système, il y a toujours ce genre de réaction », a déclaré l’élu de l’Ouest.

« La dilapidation des fonds PetroCaribe a été faite sous le drapeau bleu et rouge, il faut que ceux et celles qui sont coupables restituent ces fonds sous le même drapeau », a poursuivi Antonio Chéramy.

« La question relative au drapeau sera débattue lors de la conférence nationale souveraine. Nous prenons note de toute action posée autour du drapeau en dehors de la conférence nationale. En attendant, le peuple foulera le macadam le 18 novembre prochain » a écrit sur son compte FB le sénateur des Nippes, Nenel Cassy.

Moïse Jean Charles, pour sa part, dit ne pas comprendre les vagues de réactions pour qualifier son geste à Vertières d’anticonstitutionnel.

« Nous avons des drapeaux prêts à être hissés dans tout le pays. Tout est calculé », a-t-il déclaré sur les ondes de Caraïbes FM ce 12 novembre.

Estimant avoir révoqué le mandat de Jovenel Moise en hissant le bicolore noir et rouge à Vertières, il appelle les hommes d’affaires ayant financé sa campagne à convaincre le Président de quitter le pouvoir s’ils veulent protéger leurs intérêts.

Publicités
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Advertisement

Commentaires

Publicités

Archives

Publicités

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!