Connect with us

Hi, what are you looking for?

Actualités

L’Unesco a organisé un procès simulé sur la sécurité des journalistes et le cas des journalistes assassinés

L'Unesco a organisé un procès simulé sur la sécurité des journalistes et le cas des journalistes assassinés
Photo: Ody Bien-Eugène | Juno7

Journée mondiale de la presse : L’Unesco et le barreau de Port-au-Prince organisent un procès simulé sur la sécurité des journalistes et le cas des journalistes assassinés

À l’occasion de la commémoration de la journée mondiale de la liberté de la presse ce 3 mai, le Bureau de l’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la Science et la culture (UNESCO) en Haïti a organisé, en collaboration avec le Barreau des avocats de Port-au-Prince et le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’homme (HCDH), un procès simulé sur la sécurité des journalistes et le cas des journalistes assassinés.  

Le Chargé de Bureau de l’Unesco, M. Elmedi Ag-Muphtah, qui intervenait par visioconférence a indiqué que ce spectacle de procès simulé est très significatif. Il s’inscrit dans le cadre de l’implantation du plan d’action des Nations-Unies qui traitent les questions d’impunité, de sécurité des journalistes.  

Juno7 Pub

« Ce procès simulé est d’autant plus important, qu’il se situe dans le cadre d’une action de sensibilisation des pouvoirs publics et de la population en général sur la nécessité de prévenir et punir les crimes commis contre les journalistes mais aussi de rappeler aux acteurs la dimension primordiale de la liberté de la presse et la liberté d’expression dans la sauvegarde de la démocratie et l’état de droit en Haïti  », a déclaré M. Ag-Muphtah.  

Cette journée, célébrée autour du thème « le journalisme sous l’emprise du numérique » cette année, est l’occasion pour l’Unesco d’apporter dans les échanges les questions de l’impact de l’ère numérique sur la liberté d’expression, sur la sécurité des journalistes, l’accès à l’information et à la vie privée, a indiqué, par ailleurs, M. Ag-Muphtah.  

« Si pa gen jounalis, pa gen demokrasi. Chak menas kont yon jounalis se yon menas kont libète w » : c’est par ces mots qu’Arnaud Gustave Royer, représentant du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’homme (HCDH), a introduit son allocution. « Par leur travail, ils [les journalistes] s’efforcent à guider le pouvoir dans les voies de la justice et de la vérité et à mettre les gouvernants face à leur responsabilité. Ils contribuent à faire vivre les droits fondamentaux de tous les citoyens », a-t-il expliqué.

L'Unesco a organisé un procès simulé sur la sécurité des journalistes et le cas des journalistes assassinés

Photo: Ody Bien-Eugène | Juno7

En dépit de leur importance, les journalistes voient leur sécurité se dégrader ces dernières années, selon les propos de M. Royer. « Dans un contexte d’insécurité grandissante dominée notamment par l’influence des gangs, les atteintes à la vie et à la liberté des journalistes se multiplient », soutient-il. Le responsable a rappelé en ce sens que trois professionnels de l’information ont perdu leur vie cette année en Haïti.  

Pour sa part, le Secrétaire général de l’Association des Journalistes Haïtiens (AJH) Jacques Desrosiers a fait savoir que ce procès simulé exprime une attente de justice pour les journalistes. Il rappelle aussi au gouvernement haïtien ses engagements en faveur de la liberté de la presse.  

“À ce procès, nous dénonçons l’impunité dont bénéficient les bourreaux et assassins de journalistes qui continuent en toute quiétude d’attaquer, d’enlever d’assassiner des journalistes”, a déclaré M. Desrosiers.  

Pendant les 30 dernières années, une vingtaine de journalistes ont été assassinés dans le pays. Mais deux seuls d’entre eux ont pu bénéficier d’un procès, en l’occurrence Jean Brignol Lindor et Alix Joseph, selon M. Desrosiers. À travers ce procès simulé, le SG de l’AJH interpelle les juges de la Cour d’appel et ceux de la Cour de cassation sur les dossiers des autres victimes notamment Jean Dominique, Diego Charles, Rospide Pétion, entre autres. 

 Le Premier ministre Ariel Henry déterminé à garantir la liberté de la presse en Haïti

À travers plusieurs messages publiés sur son compte Twitter, le chef du gouvernement haïtien a affirmé sa volonté de garantir la liberté de la presse dans le pays. « Mon gouvernement est, plus que jamais, déterminé à garantir la liberté de la presse, et à veiller scrupuleusement à son respect, à sa défense et à sa pérennité », peut-on lire dans l’un de ces tweets.  

Le chef de la Primature a tenu également à rendre hommage aux professionnels de la presse. « Je veux, en ce jour, rendre un vibrant hommage à ces vaillants travailleurs de la presse pour leur engagement continu en faveur de la #liberté d’expression. Je reconnais et je valorise leur combat pour le #droit à l’information », a-t-il indiqué.

L'Unesco a organisé un procès simulé sur la sécurité des journalistes et le cas des journalistes assassinés

Photo: Ody Bien-Eugène | Juno7

En savoir plus:

La Banque Mondiale renouvelle son engagement de financer le plan de relèvement du grand Sud

Written By

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de contenu

Actualités

En prélude à la fête du drapeau et de l’Université, la Délégation permanente d’Haïti a organisé, le mardi 17 mai2022, journée nationale des enseignant.e.s,...

Actualités

La Délégation permanente d’Haïti et l’UNESCO ont organisé, le vendredi 22 avril 2022, jour du centenaire de naissance du médecin et écrivain haïtien Jacques...

Éducation

Création de la Chaire UNESCO en Histoire et Patrimoine» au sein de l’Université d’État d’Haïti L’Université d’État d’Haïti (UEH) va recevoir la « Chaire...

Éducation

La Secrétaire d’État à l’Alphabétisation Sandra Jacques Michel Saint-Georges a présenté le programme de quelques-unes des matières enseignées dans les Centres d’Éducation Familiale Lors...