Connect with us

Hi, what are you looking for?

Actualités

Objet de sanctions, Joseph Lambert va attaquer cette décision «infondée» des États-Unis et du Canada en justice

Joseph Lambert s’oppose à l’accord du PM Ariel Henry et réagit sur la démission de Foote
Photo: Ody Bien-Eugène | Juno7

Objet de sanctions, Joseph Lambert va attaquer cette décision «infondée» des États-Unis et du Canada en justice

Le président du tiers du Sénat Joseph Lambert a réagi après l’annonce des sanctions imposées par les États-Unis et le Canada contre lui vendredi. Le parlementaire affirme que ces pays se sont trompés et qu’il va combattre cette décision. Il aurait déjà engagé un cabinet d’avocats à cet effet.

« Ce 4 novembre, le Département du trésor des USA m’a indexé injustement. Conjointement avec le canada, ils m’ont imposé des sanctions. J’affirme qu’ils se sont trompés et je combattrai cette décision infondée », a écrit le sénateur du sud-est sur son compte Twitter ce samedi 5 novembre.

Le parlementaire annonce qu’il a déjà engagé un cabinet d’avocats pour prouver son innocence. « à cet effet, un cabinet d’avocats a reçu mandat. Le droit et la justice sont mis à l’épreuve entre les USA, le Canada et moi, Joseph Lambert », a-t-il indiqué dans une autre publication sur le même réseau social.

Les États-Unis reprochent à Joseph Lambert d’être impliqué depuis deux décennies dans le trafic de drogue entre Haïti et la Colombie, d’avoir collaboré avec des réseaux de criminels et de gangs pour saper l’état de droit en Haïti, d’avoir porté atteinte à la stabilité en Haïti, entre autres. L’élu du sud-est et sa famille immédiate, notamment sa conjointe Jesula Lambert Domond, ont été frappés par une série de sanctions allant de l’interdiction de séjour aux États-Unis, du gel de leurs avoirs, entre autres.

Le Canada a également imposé des sanctions à Joseph Lambert. Selon le gouvernement canadien, Joseph Lambert a utilisé son statut titulaire d’une charge publique pour protéger et permettre les activités illégales de gangs criminels armés, notamment par le blanchiment d’argent et d’autres actes de corruption.

L’ancien sénateur Youri Latortue est également touché par ces sanctions. Le leader du parti Ayiti An Aksyon (AAA) s’est défendu, sur les réseaux sociaux notamment, contre ces accusations. M. Latortue impute ces sanctions à ses prises de position contre le déploiement d’une force de sécurité internationale en Haïti. Il a également annoncé qu’il va laver son nom.

En savoir plus:

Le nouveau réseau social Mastodon continue de tacler Twitter et bâtir des records.

Written By

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de contenu