Certains de ces Haïtiens actuellement couverts par un statut temporaire seront en mesure de rester s’ils ont d’autres demandes d’immigration légale, ont indiqué des responsables de l’administration. Plus de 30,000 Haïtiens touchés par la décision vivent actuellement en Floride. Une autre forte concentration d’entre eux se retrouve à New-York. Les Haïtiens entrés illégalement aux États-Unis après le tremblement de terre de 2010 sont protégés contre la déportation sous le programme.

En mai, John Kelly, qui était secrétaire de la Sécurité intérieure à l’époque, a déclaré que les conditions en Haïti s’étaient suffisamment améliorées pour que les États-Unis ne prolonge pas le statut temporaire. À l’époque, le TPS fut prolongé pour six mois, mais les bénéficiaires ont été invités préparer pour quitter les États-Unis.

La secrétaire par intérim du département de la Sécurité Intérieure, Elaine C. Duke, a réaffirmé cette décision ce lundi 20 novembre 2017. Elle accorde un délai de 18 mois, jusqu’au 22 juillet 2019, avant que l’ordre de quitter les Etats-Unis pays ne devienne effectif.


[Rezime An kreyòl] Administrasyon prezidan etazini an, Donald Trump pran desizyon, yo mete fen nan dosye TPS la. Plis pase 59 mil ayisyen ki geyen estati pwoteksyon sila genyen jiska 22 jiyè 2019 pou yo kite peyi etazini epi retounen ayiti.

Lu 2 589 fois