Connect with us

Hi, what are you looking for?

Société

Coronavirus: La liberté de la presse est-elle négociable? Non!!!

Coronavirus: La liberté de la presse est-elle négociable? Non!!!

Coronavirus: La liberté de la presse est-elle négociable? Non!!!

Coronavirus: La liberté de la presse est-elle négociable? Non!!!

Un ancien homme politique et homme d’État, devenu président des Étas-Unis (1801-1809), Thomas Jefferson, a eu à déclarer : “s’il m’appartenait de décider si nous devrions avoir un gouvernement sans presse ou une presse sans gouvernement, je n’hésiterais pas un seul instant à choisir la dernière hypothèse”

Dans une autre citation, Jefferson, qui a écrit la majeure partie de la Déclaration de l’indépendance américaine, en 1776, a déclaré : “Notre liberté dépend de la liberté de la presse, et elle ne saurait être limitée sans être perdue”

Je fais référence à ces deux célèbres citations de Thomas Jefferson juste pour rappeler à vous tous le rôle indispensable que joue la liberté de la presse dans une société qui se veut démocratique et respectueuse des droits et libertés de tous. Et cela va sans dire que la liberté d’aller et venir des journalistes (à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit) constitue un corollaire indissociable de la liberté de presse.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Et en Haïti, le libre exercice de cette profession est, sans la moindre équivoque, garanti par la constitution qui souligne que cet exercice ne peut être soumis à aucune sorte d’autorisation, sauf dans une seule et unique circonstance.

Art. 28-1 (Constitution de 1987 amendée) : “Le journaliste exerce librement sa profession dans le cadre de la loi. Cet exercice ne peut être soumis à aucune autorisation, ni censure, sauf en cas de guerre”

À ma connaissance, Haïti n’est en guerre avec aucun pays. Donc, le journaliste haïtien n’a besoin d’aucune autorisation spéciale pour aller et venir, s’il s’agit pour lui d’exercer sa profession. État d’urgence ou pas, couvre-feu ou pas, le journaliste est libre de continuer à faire son travail sans avoir besoin de l’autorisation de quiconque.
Stoppé par la police au-delà de 8h du soir pour cause de couvre-feu, le journaliste n’a qu’à exhiber sa carte de presse. Et il doit pouvoir poursuivre son chemin une fois que la vérification a été faite.

Il ne revient aucunement au gouvernement de délivrer une autorisation au journaliste lui permettant de se déplacer dans le cadre de son travail. Car si nous laissons aux autorités politiques le soin de décider quand nous autoriser à investir la rue dans le cadre de notre travail, elles pourront également un jour décider de ne pas donner cette autorisation, sous prétexte d’état d’urgence ou autres situations qui, au vu de la constitution, ne s’appliquent pas aux journalistes.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Et cette mesure est d’autant plus inacceptable et préjudiciable au libre exercice de la profession qu’elle exclut plus de 90% des journalistes notamment ceux qui travaillent dans les régions, à travers le pays. De plus, cette autorisation (quoique non justifiée) n’est pas disponible en quantité pour les journalistes. Les autorités ne parviennent même pas à suivre leur propre logique.

Sous peine de poursuites pour violation de la constitution, la police ne doit sanctionner aucun journaliste, muni de sa carte de presse, circulant sur la voie publique dans l’exercice de son métier.

Nous reconnaissons qu’il y a une loi sur l’État d’Urgence qui est défini comme suit : “situation dans laquelle s’applique un régime restrictif de certaines libertés fondamentales et des pouvoirs exceptionnels de l’Exécutif qui se justifient par une situation de catastrophe naturelle avérée ou imminente qui requiert l’adoption de mesures urgentes”

L’objet de cette loi, qui s’inscrit dans une généralité, ne s’applique pas aux journalistes. Et cette loi ne saurait être au-dessus de la constitution, la norme prédominante, qui prévoit que la liberté du journaliste, dans l’exercice de sa profession, ne peut être restreinte qu’en cas de guerre. L’état d’urgence n’est pas une déclaration de guerre contre une puissance étrangère. Que je sache!

Advertisement. Scroll to continue reading.

À moins qu’on veuille nous prendre pour des imbéciles ou des canards sauvages.

Joseph Guyler C. Delva

 

A lire aussi:

Advertisement. Scroll to continue reading.

Covid19 – MonCash: aucun virement n’est encore effectué sur le compte de la Digicel

Written By

John F. Moreau (PDG | juno7) - Jinaud Augustin (ADM, Redacteur en Chef) - Jusner JEAN-PIERRE CPAH, (Economiste) - Lunick Revange (Redacteur) Pierre Emmanuella Tanis (Rédactrice) - Ody Bien-Eugène (Photographe) - Patrick Edouarzin TCHOOKO (Caricaturiste), Chrisnette Saint Georges (Présentatrice)

Plus de contenu

Actualités

2 jou depi yo pa t gen nouvèl Guyler C Delva ki te lage anpil enkyetid bò kote fanmi ak moun pwòch li, yo...

Actualités

Yo jwenn Guyler C Delva maten an la nan yon otèl nan Petyonvil, selon sa radyo karayib fè konnen. Machin li te nan pakin...

Actualités

Pour le CARDH, l’état d’urgence sanitaire instauré par l’administration Moïse-Jouthe est un obstacle à la liberté de la presse. Le Centre d’analyse et de...

Actualités

Haïti occupe la 86 place sur 180 pays et territoires au classement mondial de la liberté de la presse 2020. Le rapport de Reporters...