You dont have javascript enabled! Please download Google Chrome!
Connect with us

Culture

Haïti-Culture : Tabou Combo face à ses 50 ans de gloire

Published

on

Tabou Combo, célèbre cette année un demi-siècle. À son actif, la formation musicale au rythme de Nemours Jean-Baptiste compte environ 40 albums.

Avec cette longue discographie, le groupe a participé dans presque tous les grands festivals du monde. C’est peut-être ce constat qui l’a valu le titre d’« Ambassadeurs du Compas » dans les catalogues de la bibliothèque nationale de France.

Composé de 12 compatriotes aux talents extraordinaires, le groupe fait désormais partie du patrimoine culturel d’Haïti. Les personnes nées au cours des années 70 ont grandi sous l’influence de la musique de Tabou Combo. Certaines des compositions de ce groupe sont, aujourd’hui, des classiques que des jeunes de tous âges fredonnent à qui mieux mieux.

Après 50 ans au service du public mondial, la bande à Shoubou peut maintenant s’enorgueillir d’avoir des fans dans tous les coins et recoins du globe : de Londres à Paris, en Hollande, en Suisse, au Japon, en Amérique du Sud, dans les Caraïbes et en Amérique du Nord.

Aux Antilles Tabou Combo a remporté le prix du meilleur album pour la musique de danse haïtienne au 1991 1st Caribbean Music Awards au célèbre Apollo Theater de New York. En 1988 la musique « kite m fè zafè m » a été élue parmi les meilleures de beat magazine. Un an après, le réalisateur Jonathan Demme l’a utilisé dans son film Mystery date. La chanson juicy lucy quant à elle a été, en 1985, choisie par le réalisateur français Maurice Pialat pour son film police. En 2002, le guitariste mondialement connu Carlos Santana a enregistré la chanson Mabouya (foo foo) sur son album shaman.

L’histoire du groupe remonte en 1968 quand dans une petite église d’Haïti où deux musiciens, Albert Chancy Jr et Herman Nau, donnent leur premier concert en montant quelques temps après une formation musicale qu’ils baptisent « Los Incognitos de Pétion-Ville ».

En moins de 2 ans le groupe acquiert une telle popularité qu’en 1969 Radio Haïti lui décerne le prix de « Meilleur groupe musical de l’année ». L’année suivante, tout le groupe part s’installer à Brooklyn et en décembre 1970, les musiciens donnent leur premier bal sous le nom de Tabou Combo, à New York.

Tabou Combo ne doit pas mourir. Tabou ne mourra jamais.

Publicités
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Advertisement

Lecteurs en ligne

Abonnez-vous par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Advertisement

Commentaires

Advertisement

Sponsor

Advertisement
Advertisement
Advertisement
Advertisement

Statistiques

  • 1 158 160 visites

On en parle

error: Alert: Content is protected !!