Connect with us

Actualités

Le RNDDH exige la fin de la protection des gangs armés par les autorités en place

Published

on

gangs armés , RNDDH
Actimed

Le RNDDH exige la fin de la protection des gangs armés par le pouvoir en place.

Dans son dernier rapport sur la violence dans les quartiers populaires paru le 23 juin, le Réseau national de défense de droits humains (RNDDH) a présenté le bilan des victimes de cinq jours d’attaques perpétrées à Pont Rouge, Nan Brooklyn, Chancerelles, Fort Dimanche, à Nan Tokyo et au camp accueillant les personnes à capacités réduites situé sur l’ancienne piste de l’aviation. « Du 23 au 27 mai 2020, des tirs d’armes automatiques ont retenti dans ces quartiers défavorisés de Port-au-Prince. Des volutes de fumée étaient aussi remarquées à plusieurs kilomètres et, la tension dans ces zones était palpable », rapporte le RNDDH.

Ce très lourd bilan fait état d’au moins trente-quatre (34) personnes tuées dont trois (3) mineurs et six (6) femmes. Au moins huit (8) personnes ont été blessées par balles des gangs armés dont un (1) mineur et une (1) fillette de trois (3) ans. Quatre-vingt-dix-huit (98) maisons ont aussi été vandalisées et/ou incendiées. Le jour du 24 mai a été le plus sanglant avec 18 personnes assassinées dont quatre femmes. Ce qui est invraisemblable et grave c’est que, selon le RNDDH, 5 blindés de la PNH ont activement participé à l’attaque de Nan Brooklyn. Des tubes de gaz lacrymogène ont d’abord été lancés dans toutes les directions puis, les résidents-tes ont été systématiquement pris en chasse par les bandits armés.

Pour massacrer autant de personnes et causer tous ces dégâts, Le RNDDH indique que (13) chefs de gangs armés, proches du pouvoir en place ont réalisé une coalition avec à leur tête Jimmy CHERIZIER alias Barbecue – bras armé du président Jovenel MOÏSE, protégé par l’institution policière qui facilite ses déplacements, l’assiste dans ses différentes actions et fait souvent appel à lui – et ont commencé à planifié leurs attaques depuis le 23 mai.

« De nombreux agents faisant partie d’unités spécialisées de la PNH dont l’Unité de Sécurité Générale du Palais National (USGPN), l’Unité Départementale pour le Maintien de l’Ordre (UDMO), la Brigade d’Opération et d’Intervention Départementale (BOID) et le Corps d’Intervention pour le Maintien de l’Ordre (CIMO) ont prêté serment d’allégeance à Jimmy CHERIZIER alias Barbecue (Chef gangs armés). Ils touchent des sommes exorbitantes pour services rendus », lit-on dans ce rapport.

MG300

L’organisation de droits humains a présenté les explications des autorités policières et judicaires sur ces attaques. « Selon les responsables des commissariats et sous-commissariats avoisinant Pont Rouge, Chancerelles, La Saline, Nan Tokyo et Fort Dimanche, les attaques armées perpétrées les 23, 24, 25, 26 et 27 mai 2020 étaient planifiées, en raison notamment de la nouvelle alliance G-9.

En effet, tous les gangs armés dont les chefs n’avaient pas accepté de prendre part à cette alliance, s’attendaient à être attaqués. Cependant, le fait que les gangs armés continuent d’être approvisionnés en armes et en munitions par les autorités alors que les commissariats et sous-commissariats environnant les zones concernées, n’ont même pas de quoi se défendre, reste très préoccupant pour les policiers rencontrés dans le cadre de cette enquête », peut-on lire dans ce rapport.

Le RNDDH avance que le Service Départemental de la Police Judiciaire (SDPJ) – département de l’Ouest a affirmé que de nombreux affrontements mortels entre gangs armés rivaux ont été effectivement enregistrés. S’il est vrai que certains corps ont été emportés par les bandits armés, les nombreux cas d’assassinats et de blessures par balles rapportés par les médias n’ont pu encore être vérifiés par la PNH, la situation étant difficile dans les zones en question, en raison de la violence qui y sévit.

Toujours selon le SDPJ, les juges de paix ont du mal à se rendre sur les lieux pour procéder aux constats des corps sans vie. Plusieurs cadavres ont donc été levés par les membres de leur famille, sans constat légal. Certains d’entre eux ont été placés dans des entreprises funéraires. Cependant, les responsables de ces entreprises n’ont pas été en mesure de fournir des informations les concernant.

A lire aussi:

 

-Haiti – RNDDH – Gangs Armés – Securite

Actimed

John F. Moreau (PDG | juno7) - Jinaud Augustin (ADM, Redacteur en Chef) - Jusner JEAN-PIERRE CPAH, (Economiste) - Lunick Revange (Redacteur) Pierre Emmanuella Tanis (Rédactrice) - Ody Bien-Eugène (Photographe) - Patrick Edouarzin TCHOOKO (Caricaturiste), Chrisnette Saint Georges (Présentatrice) Jean Herntz Antilus (Rédacteur)

Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 992,656 other subscribers

Archives