You dont have javascript enabled! Please download Google Chrome!
Connect with us

Actualités

Les privilèges des sénateurs de la République revus à la baisse

Published

on

A la suite d’une séance plénière jeudi dernier, le président du Sénat de la République, Joseph Lambert, a annoncé la réduction des privilèges accordés aux sénateurs de la République. L’idée est venue à la suite du tollé médiatique provoqué par le détournement d’une génératrice . «Il faut un nouveau départ », a déclaré Joseph Lambert, conscient que l’image du Parlement est écornée ces derniers jours.

Le sénateur du Sud-Est a demandé à ses collègues de remettre aux fournisseurs toutes les voitures de location en leur possession. Il leur a donné un délai de vingt-quatre heures pour le faire. Sinon, selon Joseph Lambert, ils vont devoir eux-mêmes payer les frais de location. En ce qui a trait aux billets d’avion, le président de l’Assemblée nationale a indiqué que le Sénat n’assure pas la prise en charge des voyages en première classe des sénateurs.

Italceramici

« Si un sénateur veut voyager en première classe, il va devoir lui-même payer les frais additionnels », a déclaré Joseph Lambert. Il est prévu que les subventions d’un million de gourdes accordées à chaque sénateur pour les fêtes de Pâques seront annulées dans le budget de l’exercice fiscal 2018-2019, a déclaré Joseph Lambert qui veut redorer le blason du Parlement, mal vu par une partie de la population. Le sénateur annonce aussi que le Bureau va publier dans les journaux la liste des élus toujours absents dans les travaux parlementaires.

Dieudonne Luma Etienne, sénateur du Nord, présidente de la commission Genre au Grand corps, a fait un plaidoyer pour que tous les anciens hauts fonctionnaires [ministres et Premiers ministres] de l’Etat puissent avoir décharge de leur gestion, du moins ceux qui le méritent. Elle a également dénoncé la commission bicamérale de Décharge et des Comptes généraux du Parlement qui traînent les pieds.

Rappelons que le Sénat a au moins accordé à une centaine d’anciens ministres et Premiers ministres décharge de leur gestion alors que la Chambre des députés n’en a jamais accordé aucune.

Les sénateurs sont conscients qu’ils souffrent d’un déficit de crédibilité dans la société. Pour inverser la tendance et orienter le Sénat vers de nouveaux horizons, un nouveau groupe (GSEP) a vu le jour au Sénat et se propose d’aider davantage au renforcement du travail de contrôle parlementaire. Pour y arriver, ils [les sénateurs membres] espèrent, selon Jean François Sildor, laisser le champ libre au président de la République dans la formation du prochain gouvernement.

Lu 18 435 fois

2kabes
Publicités
Advertisement

Lecteurs en ligne

Abonnez-vous par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Commentaires

Advertisement

Archives

Publicités

Statistiques

  • 1 667 244 visites

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!