Connect with us

Justice

Les assassins des bébés doivent être soumis à la justice répressive exige la FJKL

Published

on

FJKL JE KLERE
Barbancourt

La Fondasyon Je Klere appelle le gouvernement à soumettre à la justice répressive les assassins des bébés et à cesser toute collaboration avec les gangs armés.

Port-au-Prince, Haïti.- Alors que les violences impliquant les gangs armés ont déjà fait une cinquantaine de morts seulement dans la commune de Cité-Soleil selon les dernières estimations, la Fondasyon Je Klere se dit choquée par la vague de violence aveugle qui sévit actuellement dans le pays notamment dans les quartiers populaires. Des violences qui touchent désormais des femmes enceintes et des nourrissons. Dans une note de presse datée de ce vendredi 7 août, l’organisation de défense des droits humains dénonce le silence et l’inaction des autorités. Un silence qui s’apparente, de l’avis de la FJKL, à de la complicité avec les assassins.

La FJKL juge scandaleuse que la police et la justice ne peuvent même pas rassembler des preuves, mettre la main au collet des assassins – qui parfois, sont dénoncés par la clameur publique- pour les livrer à la justice répressive.
« La Fondasyon Je Klere (FJKL) enjoint les autorités gouvernementales à cesser leur collaboration avec les gangs et à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à ce climat de violence, dissoudre les associations de gangs armés en les rendant hors la loi, procéder à l’arrestation des chefs de gangs, de tous les assassins, dénoncés par la clameur publique et les soumettre à la justice répressive. » lit-on dans cette note de l’organisation de défense de droits humains.

Entre le 18 juin et le 2 août 2020, la Fondasyon Je Klere rappelle qu’une mineure de 14 ans, une femme enceinte et 2 bébés ont été tués par balles alors que les responsables de ces crimes atroces, malgré qu’ils aient été identifiés, ne sont nullement inquiétés par les autorités policières et judiciaires. L’inspecteur divisionnaire Gary Desrosiers, porte-parole adjoint de la Police Nationale, a lors d’une rencontre avec la presse le jeudi 6 août 2020 déclaré que le chef de gang de Cité-Soleil « Isca » ainsi connu et le gang dénommé 400 mawozo opérant dans la commune de la Croix-des-Bouquets et ses environs sont les principaux responsables de ces meurtres révoltants.

En savoir plus :

Meurtre des bébés: Justice sera rendue aux familles, promet la Police nationale

Barbancourt

Une femme et son bébé de 4 mois tués à Ganthier par le Gang 400 marozo

Barbancourt

Communicateur social, journaliste, présentateur et animateur de radio. Originaire de Léogâne. Aime la lecture, la musique, le cinéma et la poésie

Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 998,198 other subscribers

Archives